Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

Les expulsions locatives peuvent être évitées

 

Il arrive parfois, trop souvent d’ailleurs que des personnes en situation d’impayés de loyers ne

répondent  pas aux courriers et aux sollicitations des services sociaux.

C’est regrettable, mais c’est une réalité sociale.

Les personnes en grande difficulté ne relèvent pas toujours leur boîte aux lettre et ne vont pas chercher un recommandé à la poste.

La première réaction des « autorités », noyées parfois devant le nombre de cas, c’est de dire : « tant pis, ils seront expulsés, ils réagiront bien »

La CCAPEX ( commission spécialisée de coordination des actions de prévention des expulsions locatives) , co-présidée par le Préfet ou son représentant et par le Président du Conseil Départemental – ou son représentant- regroupe des bailleurs, des institutionnels et des associations intervenant dans le domaine du logement.

Cette CCAPEX convoque les personnes menacées d’expulsion locative, afin de les écouter et de trouver une solution permettant de sauver une situation compromise.

Des personnes sont accompagnées de travailleurs sociaux, d’autres, non et ceci pour l’une ou l’autre de ces raisons :

  • L’institution accompagnant la personne ne se dérange pas ;
  • La personne ne veut  pas être accompagnée

Quand une personne ne se rend pas à la convocation, elle risque d’être pénalisée.

Une seconde chance peut  lui est donnée mais viendra- t-elle lors de la prochaine CCAPEX ?

Il serait souhaitable que l’accompagnement de travailleurs sociaux puissent se faire au plus près des familles par des visites à domicile….Cela se fait de moins en moins.

Chacun doit rester dans sa fonction, les associations de solidarité qui s’appuient essentiellement ou même exclusivement de bénévoles n’ont pas les compétences mais elles ont souvent le lien, de l’empathie et la relation de confiance bâtie par plusieurs rencontres.

Ces associations demandent à être reconnues et écoutées par les institutionnels, ce qui éviterait parfois des gâchis humains et sociaux.

Le responsable de la Cohésion sociale que j’ai eu au téléphone  m’a avoué que l’expulsion prononcée contre une famille allait coûter cher, très cher à la collectivité…..Il faut trouver un hôtel et suivre la famille.

Pourquoi alors ne pas avoir accepté la proposition faite par l’association, avec l’accord de la famille expulsée- non pas d’effacer ses dettes- mais d’établir un protocole ce cohésion sociale et de le suivre ?

Ce serait du gagnant-gagnant : la dette locative étant –déduction faite de l’APL- de 3500 € environ, il serait possible à la famille qui s’y engage à payer ses dettes avec un étalement sur 2 ans.

Entre le laxisme et le refus , il y a une marge !

Jean-François Chalot

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article