Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

Melun : Jean-François Chalot raconte son mai 1968

Article du Parisien du 12 avril 2018
>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Melun|Sophie Bordier| 11 avril 2018, 16h38 |0
Melun, 10 avril. Jean-François Chalot est l’auteur du livre « Sois jeune et tais-toi. Avoir 20 ans à Melun en 1968 ». LP/Sophie Bordier
 
 
 
 

Le président de Droit au logement (DAL) en Seine-et-Marne a sorti un ouvrage de témoignages co-écrit avec sept autres camarades.

On connaît ses différentes casquettes comme président de Droit au Logement en Seine-et-Marne (DAL 77), coordinateur d’Infos-Dettes 77, secrétaire général des Familles Laïques de Seine-et-Marne, ses combats sur le terrain pour reloger les personnes à la rue, etc. Son engagement en mai 1968 n’étonnera personne. Jean-François Chalot vient de publier un ouvrage* sur cette période.

Agé de dix-neuf ans, il étudiait à l’Ecole Normale de Melun pour devenir instituteur. Selon lui, mai 1968 a été « un accélérateur » d’idées déjà bien présentes (il a milité dès 1965 pour le droit de vote à l’âge de seize ans). Fils d’instituteur encarté SFIO à Blandy-les-Tours et jeune socialiste lui-même, Jean-François Chalot virera pourtant plus à gauche vers les Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR).

Le livre fourmille d’anecdotes. On retrouve Gérard Millet (LR), ancien maire de Melun, à l’époque son professeur de physique à l’Ecole Normale. « Il nous a avoué un jour être d’extrême droite. Bien mal lui en a pris car, un soir, il retrouva sa maison bombée de slogans hostiles. J’étais l’un des artisans de ce châtiment politique », écrit Jean-François Chalot, qui reconnaît l’ex-édile comme proche « d’une droite humaniste » aujourd’hui.

Contacté, Gérard Millet rit au téléphone. Après avoir fait la campagne du centriste Jean Lecanuet en 1965, il admet avoir abandonné son poulain pour Jean-Louis Tixier-Vignancour « car il était le seul candidat à demander l’amnistie totale des militaires français après la guerre d’Algérie. On les avait engagés dans une galère ». Sa maison couverte de slogans ? « Ma mère louait une chambre à un étudiant aux idées communiste : c’est lui qui a nettoyé ! ». Gérard Millet s’est recentré ensuite sur l’échiquier politique, passant du Centre démocrate au CDS, à l’UDF, l’UMP et aux Républicains.

*« Sois jeune et tais-toi. Avoir 20 ans à Melun en 1968 », édition Le Scorpion brun. 8,50 €. En vente à Melun (librairie L’Escalier) et à Vaux-le-Pénil (Vaux Livres, Carrefour Market).
MelunJean-François ChalotGérard Millet
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article