Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

Des chiens et des hommes

la vulnérabilité exige une protection réelle

la vulnérabilité exige une protection réelle

Des chiens et des hommes

 

Tous les ans et partout des chiens sont abandonnés….

L’abandon d’un animal est considéré comme un délit :

« Ce délit est puni d'une peine pouvant aller à 30 000 € d'amende et deux ans d'emprisonnement. Suite à un abandon, le Tribunal peut également prononcer une interdiction de détention d'un animal (peine complémentaire). Un animal peut être considéré divagant dès lors qu'il n'est plus sous la surveillance de son maître. »

 

Je ne défends pas les personnes qui abandonnent leurs animaux de compagnie, bien au contraire mais je m’interroge sur la législation en cours notamment en ce qui concerne les personnes vulnérables.

J’accompagne depuis un an une femme en grande difficulté….Poursuivie et frappée par des dealers, elle a pu trouver un appartement dans une autre ville après de nombreuses démarches.

Retrouvée par ses tortionnaires, elle cherche à déménager …. Ce qui n’est pas facile.

En très mauvaise santé, il faudrait qu’elle confie son chien à qui elle est attachée, ce qui s’avère impossible.

Dimanche dernier, placé chez une personne de ses connaissances, le chien, perturbé a mordu son hôte.

La police est intervenue et a appelé la fourrière qui demande pour prendre le chien la somme rondelette de 350 €.

Madame ne peut pas payer et ne veut pas pour des raisons de déontologie abandonner l’animal.

Que faire ?

La SPA n’aurait pas de places et ne garantit pas qu’elle prenne le chien à l’issue des travaux qu’elle a commandés et qui justifie son refus.

La ville où loge Madame ne fait appel à la fourrière que pour les chiens abandonnés.

Tout incite, y compris le système à ce que cette femme finisse par devenir une « mauvaise » citoyenne !

Aujourd’hui elle doit être hospitalisée en urgence et ne peut pas garder cette bête…..D’ailleurs une pétition de voisins à propos d’aboiements conduit l’Office départemental de l’Habitat à demander à ce que l’animal ne revienne pas dans le logement.

La Direction Départementale de la Protection des populations (DDPP) ..., interpellée  par mes soins m’a fait transmettre ce message : 

« C’est à Madame F de confier son chien à la SPA et à elle seule » !?

C’est à s’y mordre la nuque.

Pourquoi la SPA ne garantit-elle  pas à Madame qu’elle prendra le chien en charge le plus tôt possible, dès la fin des travaux de réaménagement ?

Pourquoi les pouvoirs publics locaux ne proposent pas de régler les frais de fourrière ?

Madame est désespérée, elle a besoin de soins pour se reconstruire.

Elle a refusé et c’est tout à son honneur d’abandonner son chien….Elle en paie le prix !

Je ne lâcherai rien mais quels gâchis !

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article