Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

Logements : Des inégalités entre les territoires qui se renforcent

Manifestation contre la loi Elan

Manifestation contre la loi Elan

 

"Les effets combinés de la loi Elan et des ponctions financières vont accroître le déséquilibre, au détriment des zones affectées par la crise", dénonce l’Humanité dans un article du jour.

En effet, privés de subventions et mis à contribution pour réduire la dette publique, les organismes HLM devront s’autofinancer. Mais, pour ceux situés dans les quartiers populaires ou dans les localités en crise des zones rurales, l’équation risque d’être difficile à résoudre.

Pour éviter une dégradation du bâti et maintenir un rythme de construction, les collectivités locales devront mettre la main à la poche et compenser le désengagement de l’État écrit le quotidien.

L’effet est déjà patent sur les quartiers prioritaires de la politique de la ville. « Enthousiastes à s’engager dans le premier programme de rénovation urbaine (PNRU), les bailleurs freinent aujourd’hui des quatre fers », observe de son côté Anne-Katrin Le Doeuff, directrice générale déléguée de l’agence Espacité, qui a travaillé sur ces questions. L’augmentation du budget du nouveau PNRU, qui a atteint 10 milliards d’euros, en partie grâce au doublement de l’effort des HLM qui y ont versé 2 milliards d’euros, ne suffit pas. Pour mener à bien les opérations, un engagement financier complémentaire des organismes est nécessaire. Mais, avec la ponction déjà réalisée par l’État, cela devient compliqué. « Pour les organismes, il n’est pas évident d’investir dans ces programmes de restructuration de quartiers populaires, dont les habitants payent des loyers modérés, plutôt que dans le développement de nouveaux programmes plus rentables », ajoute Anne-Katrin Le Doeuff.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article