Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

Vive la trêve hivernale des expulsions !!!

Vive la trêve hivernale des expulsions !!!

COMMUNIQUÉ

Paris le 30 octobre 2018

 

Vive la trêve hivernale des expulsions !!!

 

CONFÉRENCE DE PRESSE ET TÉMOIGNAGES 
RDEMAIN MERCREDI 31-10 A 11h30 DEVANT LE 12 RUE EUGÈNE SUE 75018

 

A partir de jeudi matin, les locataires et occupants sans titre vont sortir de l’angoisse d’une mise à la rue, sans relogement et sans même un hébergement (car chacun sait que le dispositif d’accueil est saturé) et que la rue, c’est la mort à petit feu.

Sauf si le juge la supprime expressément, la trêve hivernale s’applique pour les occupants sans titre et les squatters de locaux vacants (malgré la tentative de les criminaliser et de supprimer la trêve.

 

En France, il n’y a jamais eu autant d’expulsions. Nous ne connaissons pas encore les chiffres 2017 et 2018, car les ministères de l’Intérieur, de la Justice et du Logement les transmettent le plus tardivement possible. En auraient-ils ont honte ?

En effet, d’année en année ces chiffres en hausse révèlent l’échec global des politiques du logement particulièrement celles de la prévention des expulsions.

 

Sur 10 ans, de 2007 à 2016, près de 1,1 million de locataires ont été l’objet d’un jugement d’expulsion : c’est un locataire sur dix ! (dont environ la moitié dans le parc HLM).

 

C’est une catastrophe sociale de grande ampleur, conséquence des politiques libérales du logement : dérégulation des loyers, encouragement de la spéculation immobilière et foncière, politique d’urbanisme de gentrification, baisse des APL … et ce dans un contexte général de baisse des revenus des locataires dont une écrasante majorité est issue des classes populaires. Inexorablement la crise du logement se propage et produit ses ravages et ses drames

 

Les mesures du gouvernement Macron-Philippe promettent une nouvelle aggravation de la crise du logement. Dernières en date :

- Le budget 2019 ampute les APL de 800 millions d’euros perçus par les locataires les plus fragiles et de 1,2 milliard le budget des bailleurs sociaux ceux qui logent les ménages modestes.

- La loi ELAN qui s’appliquera courant novembre imposera aux locataires en difficulté de reprendre le paiement du loyer pour bénéficier des dispositifs de prévention : les plus modestes en seront exclus et seront donc expulsés beaucoup plus rapidement.

- Le bail mobilité, devrait se substituer au bail de 3 ans dans les zones tendues conduisant à un niveau de précarisation des locataires jusqu’alors inconnu en France en violation du droit à un logement stable.

 

Droit Au Logement dénonce cette politique du logement qui soutient les profits et revendique :    

- Un moratoire sur les expulsions jusqu’au relogement, la régulation  des loyers (encadrement) de l’immobilier et du foncier (taxation des profits), le relèvement des APL, la réalisation massive de vrais logements sociaux, l’arrêt de la financiarisation du logement social (vente, privatisation rampante …)

- Tandis que le flot de sans abris ne cesse d’augmenter, la  réquisition des logements vides des sociétés et riches bailleurs (3 millions de logements sont vacants) et la mobilisation du patrimoine public vacant, et le relogement des sans abris dans des logements, plutôt que dans des hôtels coûteux et des gymnases inadaptés …

 

Nous nous retrouverons demain mercredi 31-10 à 11h30 devant chez Mme B, 12 rue Eugene Sue, pour fêter ces quelques mois de répit. Mme et ses 2 enfants de 5 et 7 ans ont échappé cette année à une expulsion manu militari grâce aux soutiens du quartier, des associations et parents d'élèves. De nombreux autres ménages, déjà expulsés, aujourd'hui sans abris, ou désormais pour quelques mois protégés par la trêve hivernale seront présents pour témoigner.

 

 

Un toit c’est un droit !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article