Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

Montaigu : entre désespérance et espoir

Montaigu : entre désespérance et espoir

Montaigu : entre désespérance et espoir

 

Montaigu est un quartier classé politique de la ville.

Situé à Melun ce quartier comprend de nombreux HLM.

Le DAL et les « Familles laïques » assurent depuis plusieurs années une permanence qui est  devenue journalière en décembre 2018.

Des mères, excédées par les « nuisances » liées  la présence de dealers n’en peuvent plus.

Elles sont nombreuses à vouloir déménager même si elles aiment leur quartier où se construisent des solidarités entre les familles .

Il y a un an, une maman est venue nous voir pour témoigner de ses difficultés : plus une famille ne lui confiait ses enfants à garder. Elle ne pouvait plus exercer son métier d’assistante maternelle à domicile à cause de l’environnement : les communs du hall étaient squattés par des dealers et des dégradations avaient eu lieu.

Comme ses demandes de mutation dans un autre quartier n’ont  pas été pris en compte, sur nos conseils, elle a parlé aux « jeunes » présents devant chez elle….Elle a obtenu leur départ.

Ce qui est bien c’est qu’elle ne s’est pas mise en danger car elle a été claire mais polie.

Ces personnes sont parties faire leurs « affaires » dans un hall du pâté de maisons suivant….Ce qui exporte le problème.

D’autres familles connaissent à leur tour les va et vient, les bruits le soir, plus que des nuisances avec des excréments dans les couloirs, des préservatifs utilisés à terre….

Ces familles sont fatiguées et même désespérées d’autant qu’elles ont des enfants en bas âge.

Que faire ?

Je ne peux pas accuser ni la police, ni la Municipalité qui chacun joue son rôle mais inviter les différents acteurs associatifs et  sociaux à la réflexion.

Un débat est amorcé sur la page  facebook : »Melun, ma ville »….

On peut y lire des indignations et des propositions.

La libéralisation de la vente de la drogue est avancée par certains….c’est une piste mais on ne peut pas attendre que la loi change.

Je n’ai aucune solution « clé en mains »…Si cette solution miracle existait, elle aurait déjà été en cours.

Par contre, je pense que les habitants et les associations locales devraient réfléchir ensemble et avec la Municipalité et les institutions sur les moyens permettant d’éradiquer l’insécurité et la peur.

Ce qui est certains c’est qu’il faut travailler sur plusieurs fronts : celui de l’éducation et de la prévention, celui de la médiation et celui de la protection.

Il faudrait sortir de la désespérance et de la fuite en avant en redonnant toute leur place aux habitants qui aiment leur quartier et leur ville en s’appuyant sur les solidarités en place .

Je ne suis pas un bisounours…La police a son rôle à jouer sans faiblesse mais elle ne peut le faire que si une prévention est effectuée par des éducateurs.

J’invite au débat sans tabou mais aussi sans faux semblant.

Ce sont des familles des milieux populaires qui n’ont pas les moyens de partir de là qui souffrent le plus.

Elles craignent d’ailleurs pour leurs enfants car elles savent que si elles les tiennent, elles seront prises comme cible.

Je me rappelle de cette femme , mère de trois pré-adolescents qui chaque soir entendait des coups dans sa porte d’entrée car elle avait interdit à ses enfants de rejoindre les groupes de « copains » qui rôdaient .

Elle a résisté individuellement mais c’est collectivement qu’il faut le faire.

Dans des villes comme Champigny sur Marne des collectifs de femmes ramenaient dans leurs familles les petits qui étaient laissés à eux-mêmes au bas  des tours…Ces femmes expliquaient aux mamans les dangers encourus….

Voici une piste parmi d’autres.

Jean-François Chalot

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article