Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

AG et en ouverture :CONFERENCE FAMILLES LAIQUES Par M. Brice Arsène MANKOU

AG et en ouverture :CONFERENCE FAMILLES LAIQUES Par M. Brice Arsène MANKOU

Brice Arsène Mankou tiendra une conférence en ouverture de l'AG des Familles laïques de Melun aujourd'hui jeudi 13 juin à 18H maison des associations de Melun ( salle Jean 23)

Voici la présentation de sa conférence

 

 

CONFERENCE FAMILLES LAIQUES

Par M. Brice Arsène MANKOU

Docteur en Sociologie

Enseignant à Sciences Po Reims


 

«  Droit de migrer et devoir d’intégration des étrangers

De France : Quelle réalité ? »

S’il est un droit dont l’évidence est problématique, c’est bien le droit de migrer, pourtant reconnu à travers les conventions internationales des pays membres des Nations Unies dont la France, migrer n’est pas toujours bien perçu dans l’inconscient collectif.

 

La Convention des Nations Unies sur les droits de migrants est entrée en vigueur depuis le 1er juillet 2003. Mais quelle est la réalité de ce droit d’immigrer et de migrer ?

 

Le droit de migrer implique pour le migrant le devoir de s’intégrer ? Mais s’intégrer suppose plusieurs paramètres dont Familles Laïques met en œuvre à travers ses programmes dont l’objectif est de donner les clés d’intégration aux migrants.

 

I – Qu’est-ce donc le droit de migrer et d’émigrer ?

 

« Tout individu a donc le droit de partir d’un point A vers un point B »

D’où vient-il que ce droit soit aujourd’hui problématique en France ?

 

II – Le droit d’émigrer et de migrer : une évidence problématique

 

Aujourd’hui, plus de 192 millions de personnes sont considérées comme migrantes, ce qui représente plus de 3 % de la population mondiale.

 

Nous constatons que le droit de migrer fait face à plusieurs défis dont celui de la discrimination. Selon qu’on soit migrant venant d’un pays du Tiers monde, la considération n’est pas la même en France, pourtant des jeunes français migrent aussi ailleurs.

 

III – Le droit de migrer : entre réalité et fantasmes

 

Mais qu’elle est la réalité de ces fantasmes ?

 

Ces fantasmes nourrissent la haine de l’étranger, du migrant surtout dans un contexte marqué par le chômage de masse. Dès lors, le bouc émissaire est vite trouvé, c’est le migrant, la cause des malheurs du pays, discours relayé par les partis extrémistes.

 

IV – Le devoir d’intégration : un impératif pour les migrants

 

Toutes les associations qui œuvrent pour le respect des droits des migrants reconnaissent qu’une intégration réussie des migrants passe par le travail. C’est ce qu’on appelle une intégration économique qui suppose de la part du migrant lui-même de travailler sur les freins de l’employabilité pour être opérationnel. Le savoir-être migrant, c’est le savoir vivre sa vie de migrant qui n’est pas facile, en lien avec les lois du pays d’accueil.

 

Conclusion

 

Le droit de migrer suppose des devoirs pour le migrant qui n’a pas vocation à rester migrant, mais à un moment ou à un autre à intégrer la communauté nationale par le naturalisation.


 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article