Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

60 familles expulsées à St Ouen fin juillet sont à la rue : Comment aller à l’école quand on n’a pas de logement ?

 

Rendez vous ce soir lundi 2 septembre à partir de 18h,

devant la mairie de Saint Ouen

Rassemblons nous, tous et toutes ensemble en solidarité avec les expulsé.e.s

 

Afin que la ville et l’État mettent en place une table ronde, pour :

 le relogement et l’hébergement durable de tou.te.s les expulsé.e.s

et la scolarisation de tous les enfants  !

 

 

La galère sans fin des familles expulsées du 111 rue du Dr Bauer :

Depuis le 29 juillet, environ soixante familles, soit 150 personnes, dont beaucoup d'enfants, sont à la rue à Saint Ouen. Elles habitaient 111 rue du Docteur Bauer, immeuble appartenant à la SEMISO, société dirigée par le maire de Saint Ouen.
La police est venue au petit matin et les a expulsé. Beaucoup de familles se sont retrouvées sur le trottoir, sans même un hébergement le soir même, ou après quelques nuits d'hôtel.
Alors, avec le soutien du DAL et de nombreux habitants de Saint Ouen choqués par ce traitement brutal, elles se sont installées à coté de la Mairie en attendant que la Préfecture et la Mairie mettent en place des solutions  de relogement ou en attendant, un hébergement stable.
Ces familles sont des réfugiées d'amérique latine beaucoup de Colombie. Ils et elles travaillent et luttent pour  être logées en payant un loyer accessible et élever leurs enfants dignement.

Aujourd’hui c’est la rentrée: Comment aller à l’école quand on est à la rue ?

Après un mois sous les abris de fortune le long de la mairie et à l'approche de la rentrée, une partie des familles a commencé à s’installer dans un autre bâtiment vacant de la SEMISO, 23 avenue du Dr Bauer. La police depuis dimanche bloque l’entrée, dans l'attente d'une décision du parquet aujourd’hui lundi. L'installation datant de plusieurs jours et les locaux constituant le domicile des familles expulsées, l'expulsion (ou non) des occupants est compétence du juge, pas du parquet, ni de la police !

 

Une trentaine de personnes sont dans les lieux, dont une dizaine d'enfants, qui ne pourront donc pas faire la rentrée ce matin.

L’installation le long de la Mairie est aussi menacée, car le Préfet du 93 est passé en personne mardi dernier pour l’observer de sa voiture, sans même échanger avec les familles expulsées.

 

Ni la Mairie, ni la Préfecture n’ont répondu aux demandes de rendez vous du collectif des familles, du DAL et des soutiens.  Laisser des familles et leurs enfants sur le trottoir est indigne et cruel, alors que la ville de saint Ouen compte encore beaucoup de logements sociaux et de logements vacants, que le préfet dispose du droit de réquisition !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article