Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

Après les faux steaks hachés, les escalopes de poulets gavées d'eau

 DOC LETTRASSO

Après les 1436 tonnes de faux steaks hachés (1) dont 457 tonnes avaient déjà été distribuées aux bénéficiaires des aides sociales via les associations caritatives, ce ne sont pas moins de 360 tonnes d'escalopes de poulet gorgées d'eau qui ont été à leur tour réparties dans le réseau des Banques alimentaires, ainsi qu'aux Restos du coeur, à la Croix-Rouge et au Secours populaire. Un scandale de plus qui démontre que les contrôles sanitaires laissent à désirer en France.

Une situation très alarmante et qui donne raison aux opposants du CETA, l'accord commercial bilatéral de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, sur le manque de fiabilité des contrôles.

Selon Jacques Bailet, président du réseau des Banques alimentaires, si ces escalopes ne représentent pas de danger pour la consommation, il s'agit d'une fraude à grande échelle qui permet de vendre de l'eau au prix du poulet. Alors même que le Fonds européen d'aide aux plus démunis a pour mission de permettre aux plus précaires de pouvoir manger de la viande pour bénéficier de ses protéines, ces escalopes n'apportaient quasiment rien aux bénéficiaires.

Cette découverte provient d'une série de contrôles menés conjointement par la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et FranceAgriMer suite à l'affaire des faux steaks hachés. L'agence FranceAgriMer qui avait été pointée du doigt pour sa légèreté dans l'affaire précédente.

Ces escalopes étaient distribuées aux plus précaires depuis le milieu de l'année 2018, soit plus d'un an. Sans le scandale précédent, cette distribution alimentaire poursuivrait tranquillement son bonhomme de chemin. Visiblement, les seuls contrôles effectués sont ceux qui concernent le respect du cahier des charges. Et c'est bien la recherche des prix les plus bas possibles qui sont en cause une fois encore. L'entreprise danoise, qui a remporté le marché, a visiblement gonflé artificiellement le poids des escalopes avec de l'eau.

Quel responsable politique peut aujourd'hui garantir que les contrôles permettront d'empêcher la viande canadienne de mauvaise qualité d'être importée en France ? Qui peut promettre que les raviolis ne seront pas gonflés avec du boeuf aux hormones gavés d'antibiotiques ? Signer le CETA et assurer aux consommateurs que les contrôles seront là pour garantir la sécurité alimentaire et la qualité gustative des produits importés est une tromperie. Ce énième scandale en est une preuve supplémentaire.

En savoir plus
(1) L'affaire des faux steaks hachés donne le vertige aux associations

Le CETA : la mondialisation débridée

Rapport d'information de M. Fabien GAY, fait au nom de la commission des affaires économiques du Sénat concernant le scandale des faux steaks hachés

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article