Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

Féminicides, infanticides : assez du Ministère de la Parole, assez de com…

Féminicides, infanticides : assez du Ministère de la Parole, assez de com…

 La réalité toute crue, le vrai monde atteint la galaxie Macron. Dès l'installation du gouvernement Macron, les divers crédits consacrés à la prévention de ces assassinats, ont été abaissés. Même le Président de la République (him self), découvre le 3919 et ses "ratés", à travers l'inertie ou l'incompréhension de la gravité de la situation de certains policiers.

Plus de 100 féminicides, alors qu’on connaît parfaitement les solutions pour prévenir ce fléau. Car, il ne faut pas s’arrêter à ce seul chiffre ; il y a les blessées physiques, les traumatisées, les handicapées à vie, il y a les « muettes », qui ne veulent rien dire, habitées par la peur.

Le Haut Conseil pour l’Egalité (HCE), chiffre à 200 000 femmes, le « chiffre noir » des femmes maltraitées.

Le CNAFAL, Conseil National des Associations Familiales Laïques, s’est toujours impliqué dans ce combat pour l’égalité totale homme/femme. D’autant plus, qu’en France, il y a toujours eu l’emprise de la famille patriarcale sous l’empire de l’influence cléricale, sans compter l’idéologie familialiste qui fait que la France, a tant tardé à accorder le droit de vote aux femmes (1945) (quasiment 50 ans de plus pour avoir la plénitude de leurs droits).

Le CNAFAL, depuis longtemps, a des propositions concrètes :

  • - Mise à disposition permanente dans chaque commissariat ou groupe de commissariats, de travailleurs sociaux spécialisés sur les problématiques de maltraitance.
  • - Plaintes systématiques et suppression des « mains courantes » qui, en général, ne font que retarder la résolution des problèmes.
  • - Visite systématique de la police et établissement d’un procès-verbal, dès les premiers incidents. Si des coups ont été portés, arrestation et défèrement au parquet.
  • Le CNAFAL, considère qu’un pays comme l’Espagne, pourtant considéré comme « latin » et plutôt machiste, est devenu presque exemplaire, avec la mise en place du « bracelet électronique », un suivi régulier des conjoints violents et la mise en place d’une obligation de soins.

    Au-delà de ces mesures de protections élémentaires, il faut prendre les problèmes à la racine, dès les premiers signes de violence.

    Le CNAFAL, en tant qu’organisation, est attaché aussi à l’éducation dès l’école primaire, en luttant contre le machisme, le sexisme ; l’égalité des sexes s’apprend et se comprend dès le plus jeune âge, non seulement à l’école, mais dans les familles, dans les centres de loisirs, dans les clubs sportifs.

    L’école a un rôle énorme à jouer de la maternelle au lycée, pas seulement à travers les cours d’éducation à la sexualité, mais en développant les initiatives, l’autonomie, l’aptitude au dialogue et à la non-violence.

    Enfin, le CNAFAL est en phase avec les propositions du Procureur général François Molins :

  • Traitement prioritaire et systématique des plaintes, pour les auteurs présumés de violence.
  • - Garde à vue systématique.
  • - Défèrement au parquet.
  • - Ordonnance de protection.
  •  
  • Le CNAFAL, y ajoute :

  • - Poursuites éventuelles pour non-assistance à personne en danger.
  • - Renforcement du recrutement des Juges aux Affaires Familiales (JAF) et des juges    pour enfants.
  • - Formations spécifiques des policiers, gendarmes, travailleurs sociaux.
  •  

  • Jean-Marie Bonnemayre,                                   Marie-Odile Pellé-Printanier,
     

     

        Le CNAFAL

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article