Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

Pour la grande cordée Manifeste

Pour la grande cordée Manifeste

Pour la grande cordée Manifeste

 

Les premiers de cordée, les milieux de cordée, la grande cordée et "le coup de gueule" du CNAFAL, avant le 5 décembre 2019 Signal d'un mouvement social profond

 

L’expression « premiers de cordée », employée par le Président de la République, le 17 octobre 2017 lors d’une allocution télévisée, déclarait vouloir que l’on célèbre ceux qui réussissent ! Cette expression reste « accrochée » aux basques d’un nouveau président, porte-parole d’une oligarchie qui venait subrepticement de s’emparer de la République ! Juan Branco dans son livre « Crépuscule » désigne ainsi un système de préservation et d’optimisation des acquis d’une grande bourgeoisie, qui ne savait plus à quels saints se vouer, après la déconfiture des 2 précédents mandats présidentiels.

Endogamie du pouvoir (ralliement de grands bourgeois technocrates en provenance de la nomenclature hollandaise et sarkozyste) et dérive autoritaire, seront les premiers effets de cette prise de pouvoir.

En fin d’année 2018, les actionnaires du CAC 40, allaient se distribuer 47 milliards d’euros de dividendes, la fortune de Bernard Arnault doublait et Macron refusait le maintien de l’ISF. En même temps (expression adulée par Macron), en cette fin d’année 2018, le nombre d’individus vivant sous le seuil de pauvreté dépassait, en France, les 9 millions !

La théorie capitaliste « du ruissellement par le haut » a fait long feu avec l’irruption sur la scène politique, des gilets jaunes…

En réaction, l’ambitieux Guillaume Peltier du « Mouvement pour la France », met en avant dans son ouvrage plus ou moins autobiographique, les « milieux de cordée » en défense de la classe moyenne et du travail qui « ne paie plus ». Autrement dit, à chacun sa classe sociale.

Pour notre part, au CNAFAL, notre choix est clair « c’est la Grande Cordée« . Pour le CNAFAL, Mouvement d’éducation populaire laïque, la référence populaire est pour nous très importante ; tout comme la laïcité qui inclut dans son acception l’égalité sociale, la lutte pour l’accès aux mêmes droits pour tous.

La Grande Cordée fut fondée à Paris en 1948 par Fernand Deligny, grand éducateur et fondateur d’une pédagogie innovante, à l’égard de l’enfance qualifiée à l’époque, d’inadaptée et subissant enfermement et sévices… Incitateur d’une pédagogie et d’un mode de vie inclusif, à la recherche sur ce que c’est que de vivre en commun, quand on n’est pas tous pareils.

La Grande Cordée, c’est prendre en compte l’humain, c’est tenir compte de l’ensemble de nos concitoyens pour n’en laisser aucun sur le bord de la route, c’est tisser des réseaux d’alliance, de soutien ; il s’agit de construire un milieu ouvert, où aucune destinée n’est tracée à l’avance. Enfant ou adulte, on a tous besoin d’un collectif, d’un milieu d’appui.

La Grande Cordée, c’est une posture politique et philosophique. Les « premiers de cordée » c’est un monde sans articulation ascendante, qui s’éloigne du « commun de l’espèce ». C’est la domination d’une caste, à l’image de la macronie actuelle. Les mots ont un sens. Merci à Fernand Deligny, qui dans son ouvrage « Graine de crapule », à l’intention de tous les éducateurs sans distinction, disait :

« Une nation qui tolère des quartiers de taudis, les égouts à ciel ouvert, les classes surpeuplées et qui ose châtier les jeunes délinquants, me fait penser à cette vieille ivrognesse, qui vomissait sur ses gosses à longueur de semaines et giflait le plus petit par hasard, un dimanche, parce qu’il avait bavé sur son tablier ».

Jean-Marie Bonnemayre.
Président du CNAFAL.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article