Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

UNE PAGE DU LIVRE" CONFINES' : L'ACTION A MELUN DE FIDAMURIS

UNE PAGE DU LIVRE" CONFINES' : L'ACTION A MELUN DE FIDAMURIS
UNE PAGE DU LIVRE" CONFINES' : L'ACTION A MELUN DE FIDAMURIS


 

Vous pouvez avoir une présentation du livre ici :


 

Durant le confinement, averti de la situation sanitaire d'une famille à Melun, j'ai contacté Patrick Plessier, directeur de Fidamuris et la famille a été mise à l'abri le soir même....Cela m'a donné l'envie de parler de cette association amie
 

INTERVIEW JEAN-FRANCOIS CHALOT / PATRICK PLESSIER

 

Présentation de l’association…

 

Au Moyen-Âge, en Juillet 1420, durant la guerre de Cent Ans, les Melunais soutiennent un siège mémorable devant les Anglais et les Bourguignons. Malgré une résistance acharnée, la famine cause finalement la chute de la ville après avoir épuisé toutes ses munitions et ses vivres, jusqu'au dernier rat.

La ville en tirera sa devise en latin :

« Fida muris usque ad mures »

En français :

« Fidèles aux murs jusqu’aux derniers rats »

Aujourd’hui, en Juillet 2017, afin de cultiver la devise melunaise, la municipalité, les habitants, les bailleurs et les acteurs du développement local ont souhaité initier par la création d’une STAR-UP SOCIALE, une dynamique citoyenne visant à promouvoir « le vivre ensemble » à Melun. C’est la naissance de « Fidamuris ». Ce substantif né de notre devise se rattache symboliquement à la fidélité des murs de Melun, à l’amélioration du cadre de vie des habitants, à la gestion urbaine de proximité, au développement économique et à la participation citoyenne des Melunais.

Nos objectifs…

Les projets menés par FIDAMURIS relèvent d’une alchimie complexe entre économie solidaire, participation des habitants et développement local. C’est une aventure collective qui associe un ensemble d’acteurs désireux d’apporter des réponses concrètes aux besoins d’un territoire : leurs habitants eux-mêmes, les élus et les collectivités locales qu’ils représentent, les bailleurs sociaux, ainsi qu’un ensemble de partenaires sociaux économiques.

Notre projet se divise en 3 dimensions :

  1. Une dimension sociale :

    • générer du lien social à travers ses activités et ses services.

    • créer des emplois destinés aux habitants du territoire les plus en difficulté, leur permettre de construire un véritable parcours d’insertion par un accompagnement socioprofessionnel et une formation adaptée.

  1. Une dimension économique :

    • contractualiser financièrement des marchés techniques dans le cadre de la gestion urbaine de proximité.

    • créer des activités pour répondre à des besoins collectifs non satisfaits ou émergents.

    • réinjecter sur le territoire, en circuit court, les flux monétaires générés par l’activité.

  2. Une dimension citoyenne :

    • renforcer la participation des habitants.

    • contribuer à faire émerger une citoyenneté active pour un « mieux vivre ensemble ».

Notre fonctionnement…

Les activités mises en œuvre par FIDAMURIS répondent de manière simple et concrète à des besoins collectifs et individuels non couverts sur le territoire. Cependant, la première réponse qu’elle apporte est d’impliquer les habitants dans l’amélioration de leur cadre de vie par le développement d’activités techniques et la création d’emplois de proximité.

Pour la mise en œuvre de son action, l'association scinde ses activités en 2 départements :

  1. le département médiation sociale comprenant 3 pôles d’activité :

    1. le pôle gestion urbaine de proximité

    2. le pôle citoyenneté

    3. le pôle insertion

 

  1. le département économique comprenant 3 pôles d’activité :

    1. le pôle service (nettoyage, entretien, maintenance…)

    2. le pôle production (artisanat, création…)

    3. le pôle développement (gestion d’entreprise, communication…)

 

La Municipalité de Melun a choisi la voie de la médiation au lieu de mettre en place un couvre-feu pour faire respecter le confinement. Comment cette décision a-t-elle été prise ?

 

Effectivement la municipalité a bien conscience des difficultés et des contraintes qu’imposent les mesures de confinement pour les habitants. Ainsi, avant de prendre des décisions hâtives qui peuvent être lourdes de conséquences, la municipalité en partenariat avec la préfecture de Seine-et-Marne a privilégié le travail de proximité et de prévention avec ses habitants.

 

Ce travail de terrain s’est concrétisé par le déploiement d’opérateurs de prévention formés et rodés aux techniques de la médiation sociale. Permettant d’une part de sensibiliser, informer et orienter le public aux mesures sanitaires liées au COVID-19, mais aussi d’accompagner et d’assister les personnes vulnérables et/ou isolées.

 

De plus les médiateurs sur le terrain remontent des indicateurs et un baromètre d’ambiance qui permettent à la collectivité et l’État d’apprécier le niveau du confinement du territoire. Il est donc bien évident que le couvre-feu ne permettrait pas d’établir le lien social avec le public comme peut le démontrer la médiation sociale.



 

Ayant été missionnés pour mettre en vie ce projet, comment faites-vous sur le terrain et quels sont les premiers résultats ?
 

La mission confiée est axée sur la base de notre activité de Médiation sociale qui se distingue par :

  • La médiation urbaine

 

    • La présence de proximité :

      • Les médiateurs vont à la rencontre des habitants, se font connaître et reconnaître en particulier des populations fragilisées ou isolées, y compris à leur domicile, afin d’aller au-devant des besoins latents ou exprimés. Cette démarche consiste à aller vers, rassurer, prévenir, informer et orienter.

 

    • La gestion des conflits :

      • Les médiateurs agissent tant sur les conflits en temps réel, sur les espaces ouverts au public, qu’en temps différé sur sollicitation directe d’un habitant ou d’un partenaire. Dans ce dernier cas, ils interviennent soit par la médiation dite « navette » en rencontrant séparément chacun des protagonistes, soit par la médiation dite « table ronde » en organisant une confrontation directe entre les habitants. Cette dernière forme implique la réunion des différents protagonistes, ainsi que le suivi des accords obtenus. Les conflits ont généralement trait à des nuisances sonores, des problèmes d’hygiène et sécurité, de regroupement dans les parties communes ou au pied des immeubles, des insultes et des menaces, des dégradations volontaires, des conflits d’usage et d’interprétation des règles de vie commune… Dans le cadre du COVID-19, le confinement multiplie les conflits notamment de voisinage, familiaux, conjugaux, intergénérationnels, institutionnels, etc.

 

    • La veille technique :

      • Les médiateurs relèvent les dysfonctionnements et les dégradations, les signalent et les transmettent aux services et partenaires appropriés et compétents. Ils se renseignent sur les suites données et en informent, le cas échéant, les requérants. Dans le cadre du COVID-19, nous sommes autorisés à informer le public sur les interdictions d’accès des espaces habituellement ouverts (parcs, bois, aires de jeux, etc.).

 

    • La veille sociale :

      • Par capillarité, les médiateurs s’imprègnent des changements et évolutions qui s’opèrent au sein des rapports sociaux sur le territoire. Ils contribuent ainsi avec les partenaires à l’expertise sociale territoriale, par leurs retours d’expériences sur les problèmes particuliers et collectifs de la vie quotidienne et leurs connaissances plus générales liées aux contextes d’intervention. Cette activité se décline sous la forme d’un baromètre d’ambiance, un observatoire, et une cellule de veille…

  • La prévention

 

    • Il ne peut y avoir de prévention sans sensibilisation. Informer, témoigner, écouter, partager sont les mots d’ordre d’une prise de conscience indispensable pour se construire. Une information transmise à temps peut prévenir bien des désagréments. Dans le cadre du COVID-19, nous informons et sensibilisons le public aux mesures de confinement, à la règlementation de circulation quant au port obligatoire d’une attestation de déplacement, mais aussi aux consignes sanitaires et gestes barrières limitant les risques de contamination.

 

  • L’assistance de proximité

 

    • Notre assistance de proximité durant cette période de confinement consite à se mettre à la disposition du public par une présence active et rassurante mais aussi par la diffusion étendue d’un numéro de téléphone d’urgence permettant d’être joignable. Cette assistance est une première écoute soutenante, adaptée et professionnelle qui permet ainsi d’orienter la personne vers des partenaires spécialisés. Le but premier étant de permettre à chacun d’avoir accès aux mêmes droits et s’adresse singulièrement à un public prioritaires qui serait victime d’actes de délinquance, d’incivilités, de violences conjugales, de harcèlement, d’isolement, de difficultés économiques ou sociales associées… Dans le cadre du COVID-19, nous assistons les structures associatives sociales et solidaires, les sans-abri, les personnes âgées pour les achats de premières nécessités, les familles pour l’aide scolaire, etc.

  • La cohésion sociale et la citoyenneté

  •  

    • Il est important en cette période pandémique de favoriser la cohésion sociale et la solidarité. En s’appuyant sur une dynamique citoyenne nous accueillons des bénévoles et des volontaires pour apporter une assistance aux pouvoirs publics. (ex : fabrication artisanale de masques).

Les résultats…

 

Sans rentrer vraiment dans les détails, les premiers résultats démontrent que le confinement est globalement respecté sur le territoire. Lorsque l’on connait les difficultés sociales et les fortes précarités des quartiers populaires de la ville, nous sommes satisfaits et même surpris de constater que la majorité des habitants de ces quartiers respectent avec bienveillance les mesures de confinement dictées par le chef de l’État.

 

Malheureusement certains récalcitrants et marginaux mettent à mal la discipline et les efforts des confinés et falsifient l’image du confinement dans les quartiers dits sensibles.

 

Toutefois la présence des médiateurs rassure les habitants, réduit le sentiment d’insécurité, et apaise les tensions liées à la délinquance et aux incivilités.      
 

Le journal "la République de Seine et Marne" dans son édition du 6 avril 2020 relate brièvement une initiative que vous avez eue en aide à une famille subissant un dégât sanitaire. C'est une expérience intéressante et je suis d'autant plus intéressé que c'est à la suite de mon appel téléphonique que tout s'est enclenché....Cela montre votre réactivité et l'intérêt d'un partenariat entre nos deux associations, entre une association locale d'éducation populaire et une détenant une délégation de service public.

 

Parfaitement… Les points forts de l’association Fidamuris c’est :

 

  • sa gouvernance composée de la municipalité, les habitants, les bailleurs et les acteurs du développement local ;

  • sa proximité avec les habitants ;

  • La qualité de son réseau de partenaires.

Sans ces 3 paramètres, l’association n’aurait pas des résultats aussi concluants.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article