Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dal 77 - Droit au Logement

défense des locataires et des familles

CE QU'IL FAUT DE NUIT

CE QU'IL FAUT DE NUIT

CE QU'IL FAUT DE NUIT

 

Voici un livre qui vient de sortir, je l'ai acheté dans une excellente librairie que vous connaissez bien : Vaux-livres :

 

Vous avez une présentation ici :

 

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58646

 

« Ce qu'il faut de nuit »

premier roman de Laurent Petitmangin

188 pages

août 2020

éditions la manufacture de livres

 

 

roman « social » et familial

 

Le père élève seul ses deux fils après la mort de son épouse.

Ces trois là s'aiment bien....Il existe même une forme de complicité dans le cadre de cette culture ouvrière apportée par le père et partagée.

Il y a le foot, les discussions et promenades ainsi qu'un engagement politique à gauche.

Le père n'est pas allé voter Macron, ni madame Le Pen, bien entendu .

 

Il continue à militer, à coller des affiche du PS auquel il est resté fidèle un peu par habitude.

 

Tout va pour le meilleur jusqu'au jour où l'aîné des garçons s'engage dans un autre camp, celui d'en face et notamment vers les ultras....

Ce sont les ennemis jurés de la gauche, les fascistes comme le père les appelle !

Un fils sans le camp d'en face (?), c'est une honte et surtout une douleur.

 

Comment se parler encore !?.

C'est l'engrenage de la violence, non au sein de cette famille où se côtoient l'amour filial et paternel mêlé à l'incompréhension.....

 

La vie de Fus, le grand fils va basculer sur un rien comme le comprend son père :

 

«  ...toutes nos vies, malgré leur incroyablr linéarité de façade, n'étaient qu'accidents, hasards, croisements et rendez-vous manqués... »

 

Je m'arrête là quant à la reproduction de la citation pour ne pas vous faire découvrir le nœud du drame et l'issue de cette histoire écrite avec rythme, finesse et sensibilité.

 

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article